J11 Ligue 1 // PSG, Monaco, Dijon, Bordeaux, Rennes ...

dimanche 29 octobre 2017 / 08h53 /


J11 Ligue 1 // PSG, Monaco, Dijon, Bordeaux, Rennes ... 0

La 11ème journée de Ligue 1 a démarré avec le match PSG v Nice, pour une rencontre sans trop de surprise. Nous attendions une réaction de Bordeaux face à Monaco, de voir Nantes dans un déplacement toujours délicat à Dijon. En revanche, nous n'attendions rien de Rennes, qui a finalement enchaîné une 3ème victoire à la suite.


Le PSG enfonce Nice dans la zone rouge 

Les joueurs d'Unai Emery sont passés à côté de leur match de l'année contre l'OM et se devaient de réagir face à une équipe niçoise, qui en était à 3 défaites d'affilées. Le PSG pouvait craindre une réaction des hommes de Lucien Favre dès les premiers intants du match.

Un accueil froid du Parc des Princes

Les joueurs parisiens pouvaient ressentir comme un léger malaise, avant le match, avec la banderole déployée par les Ultras de Paris concernant le classico pris à la légère. Kylian Mbappé pouvait considérer cette banderole, comme une réponse directe à sa déclaration d'après match contre l'OM, où il minimisait le Classico vis à vis notamment des matchs de Ligue des Champions. 

banderole

Cavani, en mode patron

Le PSG obtient un coup franc, dès la 2ème minute du match, pour une faute niçoise sur Berchiche. Di Maria tire le coup franc pour déposer le ballon sur la tête de Cavani, qui inscrit son premier but à la 3ème minute. 

Edison Cavani s'occupe de tout, en étant partout sur le terain à l'attaque et en position défensive, lorsqu'il était nécessaire de prêter main forte à ses milieux de terrain et défenseurs ... quel contraste avec Mario Balotelli du côté niçois !

En toute logique, Cavani doublera la mise à la 31ème minute sur une nouvelle magnifique passe de Di Maria.

Dans ce match, Cavani aura inscrit le symbolique 2500ème but du PSG dans le championnat de France. 

L'attaquant uruguayen s'est montré constamment disponible et a souvent été servi par Di Maria, Verratti ou Draxler, ce qui change complètement le jeu du PSG. 

Le public du Parc des Princes a scandé le nom de Cavani à plusieurs reprises dans ce match, comme pour lui montrer qu'il était le patron de cette équipe.

Un Draxler des grands soirs 

Julian Draxler était, de nouveau, repositionné au milieu du terrain à gauche en soutien de Mbappé. L'allemand a souvent participé aux attaques parisiennes et surtout sur le côté gauche, avec une grande efficacité. 

Draxler s'est montré disponible pour ses coéquipiers et n'a pas manqué une seule passe lors de ce match, ce qui mérite d'être souligné tant il est rare d'avoir ce type de performance. 

Julian Draxler est repositionné au milieu de terrain pour lui permettre de jouer, mais reste encore à voir si Unai Emery le fera jouer à ce poste dans les matchs importants. 

Yuri Berchiche  

Le Latéral gauche du PSG, Yuri Berchiche, a démontré qu'il avait tout pour devenir le titulaire à ce poste, en lieu et place d'un Kurzawa qui n'est pas au niveau. L'espagnol devrait s'installer à ce poste d'ici les grandes joutes européennes. 

Kylian Mbappé 

Le jeune attaquant français a été repositionné à son poste de prédilection sur le côté gauche. Kylian Mbappé a réussi quelques bonnes choses dans les 20 premières minutes du match et a progressivement sombré dans ce match, en ratant quasiment tout ce qu'il entreprenait. 

Le plus inquiétant pour Mbappé est qu'en seconde période, il a même manqué des passes courtes plutôt faciles pour un joueur de ce niveau, ce qui donne l'impression d'un joueur qui perd confiance. 

Ses derniers mauvais matchs et sa déclaration après la rencontre contre l'OM commencent à susciter quelques interrogations sur sa gestion. Mbappé, à 18 ans, jouit d'un statut de titulaire en puissance dans cette équipe du PSG, qui compte Draxler et Di Maria relégués au banc de touche. Le jeune français connaît une baisse de forme depuis plusieurs matchs, avec désormais une perte de confiance visible et il serait peut être judicieux de le mettre sur le banc, afin de ne pas le voir sombrer dans cette équipe.

Nice en plein doute 

Cette équipe niçoise n'a pas du tout digéré sa très bonne saison dernière, avec un Balotelli donné partant, un Cyprien blessé, un Dalbert, Belhanda et Eysseric non remplacés, un coach retenu malgré une volonté de rejoindre Dortmund. 

Nous aurions pu penser qu'à un moment Lucien Favre avait trouvé la solution, avec Balotelli et Pléa en attaque, mais il faut se rendre à l'évidence que les 2 attaquants ne sont pas complémentaires, hormis quelques situations. 

Nous avions déjà évoqué que Nice ne pourrait construire un modèle durable, lors de la prolongation de Balotelli, avec sa stratégie actuelle. Le travail du staff technique et des recruteurs est formidable, mais repose sur une approche qui comprend bien trop d'incertitudes, pour être viable à moyen et long terme. Il est très difficile de trouver constamment de bons joueurs à relancer en délicatesse avec leur club, la perle que d'autres recruteurs n'ont pas repéré avant ou alors avoir les meilleurs réseaux de scouting. Nice a réalisé un miracle la saison dernière, avec un alignement de toutes les planètes, de nombreux matchs remportés avec du panache ou à l'arrachée ... des joueurs qui marchaient sur l'eau et par moment à qui tout réussissait ... il est quasiment impossible de réaliser une 2ème saison de cette façon. Le club dispose de moyens financiers pour viser plutôt une 10ème place, qu'une place européenne et les supporters niçois ont été gâtés la saison dernière, avec le jeu et les résultats de leur équipe.

Balotelli n'est pas vraiment l'homme providentiel niçois, même s'il a eu quelques moments de fulgurance, mais conserve cette inconstance qui lui colle malheureusement à la peau. Si SuperMario n'inscrit pas un but et voire celui qui fera gagner l'équipe, alors il devient un poids pour son entraîneur, tant il ne participe pas au jeu et aux efforts de replacement sur le terrain.

Lucien Favre essaie, à chaque match, de bricoler une équipe compétitive mais ne trouve pas vraiment la solution idéale. Le coach niçois montre même par moment de la résignation, contrairement à la saison dernière où il a transmis à ses joueurs un mental à toute épreuve. Son départ avorté l'été dernier a certainement laissé quelques traces et de la motivation.


Monaco se relance face à un Bordeaux encore passif 

Ce match était très équilibré entre Bordeaux et Monaco, et le score ne reflète pas du tout la physionomie du match. Les monégasques ont assomé les girondins, au cours de la seconde période, en inscrivant 2 buts en 8 minutes.  

Malcom bien pris et De Préville en manque de réussite 

Hormis quelques situations et surtout en première période, la défense monégasque a très bien muselé Malcom sur son côté, qui n'a pas vraiment eu d'opportunité d'inscrire un but. 

De Préville avait davantage de liberté et l'ouverture du score aurait du arriver de son pied droit, mais il lui a toujours manqué ce brin de réussite à chaque tentative. De Préville n'est d'ailleurs pas en réussite depuis qu'il est arrivé à Bordeaux avec aucun but inscrit, malgré de nombreuses situations provoquées. 

De Préville crystallise ce manque de réussite des bordelais en attaque et parfois, quand ça ne veut pas et bien ça ne veut pas, malgré toute la bonne volonté du monde. L'avant centre bordelais, qui pourtant ne ménage pas les efforts, devra se montrer insistant et ses qualités seront bénéfiques aux girondins. 

Toulalan, Lewczuk, ça n'a jamais vraiment fonctionné 

Jocelyn Gourvennec insiste sur une défense centrale composée de Toulalan et Lewczuk, mais il faut se rendre à l'évidence que cette paire ne fonctionne pas vraiment, ce qui a conduit Bordeaux à recruter Jovanovic. Ce dernier est resté sur le banc girondins, alors qu'il est certainement le meilleur à ce poste par rapport aux autres défenseurs centraux du club. 

Toulalan est le capitaine de cette équipe et reste précieux pour Bordeaux, mais il devient vite le maillon faible, dès que les attaquants sont puissants ou rapides en face. A 34 ans, il n'a plus l'accélération de ses belles années et ne peut compenser avec sa technique, qui a toujours été son point faible ou sa science du placement car il n'est pas défenseur central de métier. Lewczuk n'est pas non plus un défenseur hors norme, pour notamment compenser les carences de Toulalan. 

Il suffit simplement que Sankharé baisse un peu sur le plan physique, pour ne plus soulager sa défense centrale et c'est tout l'édifice bordelais qui vacille. Nous avons déjà constaté ces carences lors du match contre le PSG.

Les 2 buts monégasques ont été inscrits dans l'axe du terrain, ce qui est inadmissible à ce niveau et malheureusement, Toulalan et Lewczuk ont ouvent  été pris de vitesse pas par les attaquants monégasques. 

Monaco gagne grâce à ses individualités 

Monaco n'a pas été flamboyant et aurait très bien pu perdre ce match, si les bordelais s'étaient montrés un peu plus adroit à l'approche du but de Subasic. 

Le retour en forme de Thomas Lemar a grandement contribué au succès monégasque. Sur le premier but de Monaco, le milieu de terrain girondin et surtout la défense centrale sont totalement passifs. Sur le second but, cette passivité est encore plus criante avec Thomas Lemar qui part de son côté gauche pour repiquer dans l'axe, et aucun bordelais ne cherche à stopper le monégasque qui a tout le temps de frapper du droit. Le gardien bordelais, Benoit Costil, n'est vraiment pas exempt de tout reproche et aurait pu empêcher ce second but, tant la frappe de Lemar était mollasse. 


Dijon stoppe Nantes 

Les canaris de Ranieri n'avaient plus perdu depuis le 12 août dernier et c'était contre l'OM, qui pourrait lui passer devant en cas de victoire à Lille. 

Nous n'avons pas assisté à un match des plus fous sur le plan technique et de la dramaturgie, comme depuis le début de saison avec ces 2 équipes. 

Dijon a relativement bien contrôlé le match pour le remporter 1-0, suite à un but de Tavares. Les dijonnais auront tiré 6 fois au but, dont un seul tir cadré qui s'est transformé en but victorieux. 

Dijon montre encore qu'il est difficile de s'imposer en Côte d'Or et surtout cette victoire permet aux hommes de Dall'oglio de sortir de la zone rouge, pour occuper la 14ème place au classement à égalité de points avec Rennes. 


Rennes s'offre une 3ème victoire de suite 

Nous n'avons pas de souvenir de 3 victoires d'affilés du Stade Rennais, qu'il était important de le souligner. Les rennais se déplaçaient chez l'équipe en grande forme à Montpellier. 

Le coach montpelliérain avait aligné en attaque, Giovanni Sio, ancien joueur de Rennes qui n'a pas vraiment laissé de grands souvenirs du côté du Roazhon Park. Décidément, l'ancien attaquant rennais n'a pas été plus en réussite avec Montpellier face à son ancien club.

L'attaquant espagnol de Rennes, Brandon, a donné la victoire aux bretons grâce à son but, suite à une magnifique ouverture de Bourigeaud. 

Depuis le changement de président avorté, le Stade Rennais a gagné tous ses matchs, coïncidence ou prise de conscience ?


Lyon peut monter sur le podium 

Les lyonnais reçoivent Metz ce dimanche à 15h et une victoire permettrait aux hommes de Génésio, de revenir à 3 points de Monaco et d'occuper la 3ème place au classement. 

Lyon est dans une bonne période depuis la victoire contre Monaco et tout autre résultat, qu'une victoire serait, de nouveau, un échec pour Bruno Génésio et ses hommes.


Rédigé par ZT // Socio Football


0

COMMENTAIRES
 
REAGISSEZ
A CET ARTICLE
Il est nécessaire de créer un compte et de se connecter pour réagir aux articles. Vous pouvez noter les commentaires de chacun (0=pas du tout apprécié, 3=très apprécié).


 

Pas de commentaire pour le moment





A LIRE AUSSI LES + LUS