Le PSG fait chuuut, l'Atletico chute au Wanda, Bakayoko et sa chute de cheveux...

mercredi 01 novembre 2017 / 08h52 /


Le PSG fait chuuut, l'Atletico chute au Wanda, Bakayoko et sa chute de cheveux... 0

Cette 4ème soirée de Ligue des Champions nous a valu quelques moments d'anthologies, avec des scenarii au-delà du réel. Kurzawa a inscrit un triplé improbable contre Anderlecht, l'Atletico de Madrid est quasiment éliminé dès la phase de groupe, Chelsea a été corrigé par la Roma et la nouvelle coupe de cheveux de Bakayoko ne passe pas en Angleterre.


Horrible Halloween du 31 octobre 2017

Pendant les matchs de cette soirée de Ligue des Champions, nous apprenions qu'un attentat avait eu lieu à New York, lors duquel 8 personnes sont décédées (bilan à date). L'attentat de New York nous replonge dans nos souvenirs très récents de Paris ou de Nice. Comme tout le monde, j'ai d'abord eu le réflexe de contacter mes proches vivants ou travaillants à Manhattan, pour m'assurer qu'ils n'étaient pas sur les lieux de cette horrible journée d'Halloween.

Je transmets mes pensées les plus chaleureuses aux familles des victimes de New York, mais également à celles de Paris, de Nice, de Saint-Etienne du Rouvray, de Bruxelles, de Manchester, de Londres,  de Barcelone, de Munich, d'Afrique, d'Asie ... 

"Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage."

Ces ignobles personnes endoctrinées, qui ont utilisées un véhicule pour faire des victimes, réprésentent le summum de la lâcheté au nom d'une cause sombre sans lendemain.

Je ne pouvais passer à côté de ce "Coup de Gueule" sur un sujet qui me révolte, car j'en ai assez d'entendre que la lutte est impossible contre ce cancer qui se répand. 

La soirée était gâchée, quelque soit la qualité des matchs, mais la vie reprend vite le dessus et je me replonge dans les rencontres de cette 4ème soirée de Ligue des Champions.

Bon revenons au football !


Le PSG en mode Sniper

Jusqu'à présent, je me suis refusé de comparer les coachs et les styles de jeu, mais concernant le PSG, je vais finir par dire qu'Unai Emery fait du Laurent Blanc ou alors les deux font du "Le vestiaire m'a dit que". Du temps de Laurent Blanc, Zlatan Ibrahimovic faisait la pluie et le beau temps, soutenu par Thiago Motta, Tiago Silva et Marco Verratti. Désormais, les adjoints d'Emery sont Dani Alvès et Neymar. Les coachs, les directeurs sportifs et les joueurs passent au PSG, mais le système de gestion reste le même ou alors la réputation est déjà construite. Je suis certain que le propriétaire du PSG essaie de modifier la façon de gérer le club et les joueurs, mais Unai Emery connaît l'histoire avec Carlo Ancelotti puis Laurent Blanc, qui le pousse à la plus grande prudence. Ce n'est un secret pour personne dans le milieu du football, que le coach du PSG dispose d'un statut très fagile, même si les dirigeants tentent de corriger le tir. 

Dans ce match contre Anderlecht, Unai Emery aurait pu opérer une rotation pour montrer à tous ses joueurs, qu'il comptait sur eux. Il n'en a rien été, seul Draxler a intégré le milieu du PSG parce que Thiago Motta était blessé. Angel Di Maria, qui a réalisé un bon match contre Nice, aurait pu démarrer le match, pour faire souffler Kylian Mbappé en baisse de forme depuis 4 matchs. Si les joueurs ne ressentent pas une forme de concurrence et de justesse de la part du coach, alors ce dernier risque de le payer très cher lorsqu'il aura besoin des remplaçants. Thomas Meunier a également soudainement disparu du paysage, après quelques matchs titulaires et surtout la contre performance face à Marseille.

Unai Emery n'emploie plus le mot "concurrence", lorsqu'il s'agissait notamment de parler de Ben Arfa la saison dernière et de justifier sa mise sur le banc. Le coach parisien gère son équipe selon leur statut et l'influence de certains joueurs dans le vestiaire, ça en devient si criant et évident, que je peux en être catégorique désormais.

Un PSG appliqué et collectif

La première période du PSG contre Anderlecht est certainement la meilleure de cette saison, lors de laquelle nous avons vu une équipe collective, avec des joueurs qui se déplaçaient les uns en fonction des autres. Il faut dire qu'Anderlecht rendait le match facile, en essayant de produire du jeu mais ne pouvait être dangereux, car aucun joueur de cette équipe n'est capable d'avoir de la percussion en phase offensive. Onyekuru est peut être le seul à disposer de certaines qualités offensives, mais il est bien trop seul dans cette équipe d'Anderlecht, qui ne ferait pas de mal à une mouche. 

Le PSG aurait pu vite tomber dans la facilité, mais au contraire, s'est montré collectif et appliqué dès le début du match. Logiquement, les parisiens ouvrent le score, à la 30ème minute, suite à un beau mouvement collectif terminé par Verratti, qui inscrit un bien beau but. Nous ressentons bien là, que le coach et les joueurs voulaient faire taire les critiques de médias (je m'y inclue), qui expliquaient à juste titre que le PSG se basait essentiellement sur ses individualités en attaque et n'avait pas de collectif.

Neymar n'était pas dans un grand soir, mais essayait tout de même de jouer avec ses coéquipiers ... enfin c'est un bien grand mot, car il a principalement une relation de jeu privilégiée avec Mbappé, qu'il recherche systématiquement et inversement. Neymar fait tout pour mettre le jeune français dans les meilleures dispositions, jusqu'à en oublier régulièrement Edison Cavani ... consciemment ou inconsciemment ...  il y a un peu de tout dans cette relation qui je pense ne collera jamais ... le jeu de l'Uruguayen demande de jouer en première intention, alors que Neymar aime toucher le ballon à de nombreuses reprises, avant de le transmettre à un coéquipier. 

Comme toujours lorsque Neymar ne réalise pas un bon match, il a tendance à tomber dans l'individualisme pour montrer sa supériorité et il tente, à la 45ème minute, une action en solo pour inscrire le deuxième but du PSG ... Anderlecht a montré toutes ses carences, lors de cette action individuelle de Neymar qui ne passe pas contre un Top 10 d'Europe ... peu importe, Neymar est là pour régaler le Parc des Princes également et un public qui n'a pas toujours mangé du caviar ... on entend des tribunes du "Neymar, Neymar ..." et des chansons à la gloire du brésilien.

De nouveau, le nouveau jeune Titi parisien a été transparent dans ce match, malgré que Neymar ait tout essayé pour lui faire regagner confiance ... on ne peut pas dire que le brésilien s'est montré individuel, quand il s'agissait de mettre la lumière sur Mbappé. 

Unai Emery a attendu la 64ème minute pour opérer ses premiers changements, en faisant entrer Lo Celso et Di Maria en lieu et place de Verratti et Mbappé. Autant le petit italien a réalisé une bonne prestation, autant le Titi parisien continue à s'enfoncer dans le doute, malgré un match facile. 

Unai Emery va même oser faire entrer Pastore à la place de Rabiot, à la 76ème minute, après que le PSG ait inscrit un 4ème but ... quel culot de jouer avec 3 milieux offensifs et 3 attaquants, voire même un 7ème attaquant avec Kurzawa !

Le Show et le chuuuut de Kurzawa ...

Dans ce match, Layvin Kurzawa n'aura toujours pas montré ce que l'on demande à un latéral moderne, de trouver des décalages et de centrer avec précision pour les attaquants du PSG, mais aussi de bien défendre pour soulager son milieu de terrain. 

Au contraire, Kurzawa s'est même transformé en buteur en inscrivant un historique triplé, ce qui est très rare en Ligue des Champions et pour un défenseur cela reste unique dans une carrière.

3/3

 Layvin Kurzawa a tiré 3 fois au but contre Anderlecht et a inscrit 3 buts, soit 100% de réussite.

Layvin Kurzawa est très critiqué sur son jeu par quelques journalistes, dont j'en fais parti et l'assume, car le latéral gauche français n'est pas du tout au niveau d'un grand club européen et son attitude est encore plus déplorable. Yuri Berchiche a montré de meilleures choses, lors des quelques matchs disputés avec le PSG, mais visiblement Unai Emery a une préférence pour Kurzawa, ce qui est complètement incompréhensible ... là encore, j'ai l'impression que le vestiaire ou certains joueurs militent pour Kurzawa auprès du coach parisien. 

kurza

Kurzawa aurait pu vivre une formidable soirée et en rester là, mais non, lorsque la bêtise est en vous et que vous êtes footballeur, vous pensez être au-dessus de certaines règles ... le latéral gauche français n'a rien trouvé de mieux que de faire une "Nasri", en mettant son index devant la bouche pour dire à certains "Taisez-vous!", car vous voyez comme je suis fort. C'est d'une stupidité sans nom et un manque d'intelligence criant et ce n'est pas étonnant d'une telle personne, qui avait déjà eu ce type de comportement avec la France Espoirs contre la Suède. Ce geste s'était d'ailleurs retourné contre lui. Même les plus grands footballeurs de notre planète ont été critiqués par les médias ou le public, mais ont fait preuve d'humilité et n'ont jamais eu ce genre de geste très prétentieux. Kurzawa montre qu'il n'est pas capable de se remettre en cause, que tout champion doit avoir en lui, et se contente visiblement de la médiocrité ... le plus surprenant est la confiance que lui accorde Unai Emery et Didier Deschamps ... par manque d'alternative ou pour sa seule bonne saison avec Monaco ?

Le PSG est insolent de réussite

Grâce à la qualité de ses attaquants, le PSG fait preuve d'une réussite affolente en phase offensive. Les parisiens ne dominent pas leur match et même contre Anderlecht, le PSG n'a eu que 56% de possession du ballon au Parc des Princes. En revanche, les joueurs du PSG utilisent bien le ballon, avec un taux de réussite de 50% de buts inscrits par rapport aux tirs cadrés. 

Depuis le début de saison, les parisiens se montrent plutôt adroit devant le but, ce qui sauve leur faible maîtrise des matchs. Il n'y a pas de doute sur la qualité et l'adresse en attaque, mais cela repose encore trop sur des phases individuelles, pour avoir l'espoir d'atteindre la Finale de Ligue des Champions. 


L'Atletico n'y arrive pas au Wanda Metropolitano

L'Atletico de Madrid est quasiment éliminé de la Ligue des Champions et ne verra certainement pas les 8èmes de Finale, pour la première fois depuis l'ère Diego Simeone. 

Le club s'est doté d'un magnifique stade moderne de 68 000 places, grâce notamment aux fonds de son actionnaire chinois Wanda Group. Le stade porte d'ailleurs le nom de l'entreprise chinoise. 

L'Atletico a remporté ses 2 premiers matchs dans son nouveau stade mais depuis 4 matchs et la défaite en Ligue des Champions contre Chelsea, ne gagne plus à domicile. 

Une victoire contre Qarabag ou la porte !

L'Atletico a été mené au score dans ce match, à la 40ème minute, suite à  une tête de Michel sur Corner. A ce moment, l'Atletico et les supporters du stade peuvent dire au revoir à la Ligue des Champions, surtout que la Roma mène contre Chelsea. 

L'Atletico s'est rué à l'attaque, en seconde période, mais a montré de fortes carences lorsqu'il s'agit de faire le jeu. Qarabag aurait même pu mener par 2-0, si Savic ne sauve pas in extremis ses buts à la 56ème minute. 

Les Colchoneros ont égalisé, à la 58ème minute, sur une magnifique frappe en pleine lucarne de Partey des 25 mètres. Qarabag prend un carton rouge à la 61ème minute et dès lors, nous assistons au siège du but de Sehic, qui va repousser toutes les tentatives de l'Atletico. 

Malgré l'avantage numérique, l'Atletico fait preuve d'un manque d'imagination dans le jeu, pour se procurer de réelles situations et a tendance à user de longs ballons plus le temps avançait. 

Le gardien bosnien de Qarabag, Sehic, est le grand héros de ce match et n'a pas été épargné notamment par Fernando Torres, qui lui a tiré dans la main. 

Qarabag arrache le match nul 1-1 et sort quasiment l'Atletico de la Ligue des Champions.

Fin d'un cycle et départ de Griezmann ?

L'Atletico de Simeone vit peut être une fin de cycle avec certains joueurs et Antoine Griezmann devrait quitter le club à la fin de saison. Finalement, l'attaquant français n'aura pas fait gagner grand chose à l'Atletico et il va partir sur un triste déclin. L'aventure en Ligue des Champions aurait pu être très belle, mais le sort en a voulu autrement. Griezmann pourrait même avoir une seconde partie de saison sans véritable objectif, si l'Atletico ne se qualifie pas en 8ème de Finale de Ligue des Champions, car l'équipe a déjà 8 points de retard sur le Barça en championnat. Il ne resterait que la Coupe du Roi à jouer, pour remporter un titre et la question se poserait sur la vente du français, dès ce Mercato d'Hiver.

grizou


Bakayoko et Chelsea, en plein Blues 

Le coach de Chelsea a quasiment abandonné le championnat Anglais cette saison et compte 9 points de retard sur Manchester City, qui semble intouchable.

Antonio Conte mise tout sur la Ligue des Champions et espère réaliser un grand parcours, pour certainement quitter Chelsea en fin de saison. Décidément, les relations entre le propriétaire du club et ses entraîneurs sont impossibles. 

Chelsea chute lourdement à la Roma et essuie de vives critiques, mais les plus enflammées sont à l'encontre de Tiémoué Bakayoko, à propos de sa couleur de cheveux bleus.

baka

Le milieu récupérateur français a notamment été vivement allumé par Garth Crooks, ancien joueur de Tottenham, qui a affirmé : "J’espère simplement que le capitaine de Chelsea dira à Tiémoué Bakayoko de venir travailler correctement. Le français devrait utiliser son temps et se concentrer sur les entraînements et ses cours d’anglais, plutôt que pour se manucurer et se teindre les cheveux. En bleu ce week-end, en quelle couleur pour le prochain match ?"

Bakayoko ne s'est pas vraiment imposé dans l'entrejeu de Chelsea avec des matchs moyens, mais dispose de la confiance de son coach. Aujourd'hui, les joueurs de football pensent davantage aux contrats de sponsoring, qu'à la qualité de leurs matchs. La coupe de cheveux est souvent un outil marketing, utilisé par les joueurs pour faire parler d'eux et attirer des marques, nous l'avons déjà observé avec Beckham, Neymar, Pogba, Griezmann, Balotelli ... 

Bakayoko peut se teindre les cheveux à des fins mercantiles, mais il doit choisir son timing sinon il rendrait les critiques fondées et légitimes. Il doit déjà être irréprochables sur le terrain, avant de penser au marketing et à ses contrats publicitaires. Nous voyons bien là, que ce n'est par goût ou personnalité excentrique, qu'il s'est teint les cheveux en Bleu ou voire pour affirmer son attachement au club. 

Paul Pogba utilise cette technique pour ses contrats publicitaires et commence également à être critiqué en Angleterre et Tiémoué Bakayoko reproduit le même modèle. 

A la différence de leurs ainés, certains footballeurs d'aujourd'hui n'affichent plus vraiment leur personnalité, mais adopte un look et un comportement qui leur permettront de décrocher un contrat publicitaire ... c'est la génération Facebook et Twitter ! 

Les anciens joueurs ne comprennent pas vraiment l'attitude de certains joueurs actuels et bien évidement l'expriment dans les médias. 

Je me pose toujours la question de la responsabilité de ces dérives. Est-ce la faute du joueur ou du système qui les incite à agir ainsi ? Je vous avoue que je suis tiraillé dans ma réponse et suis incapable d'avoir un avis définitif sur le sujet. Je me pose régulièrement la question de ce que je ferais, si j'étais sollicité ou avais l'opportunité de signer un gros contrat publicitaire, même à modifier mon comportement et ma personnalité ! Nous sommes dans un espace (non publicitaire) libre d'un marché d'expression, où l'image se monnaie à un prix dont chaque joueur tente de repousser les frontières ... ce sentiment de puissance vis à vis d'une grande multinationale, moi l'homme qui n'était rien il y a quelques mois dans mon quartier, où personne ne s'intéressait à moi. 

Toute réponse définitive autour de ce sujet ne serait que démagogie et facile, tant que nous n'y sommes pas confrontés.


Rédigé par ZT // Socio Football


0

COMMENTAIRES
 
REAGISSEZ
A CET ARTICLE
Il est nécessaire de créer un compte et de se connecter pour réagir aux articles. Vous pouvez noter les commentaires de chacun (0=pas du tout apprécié, 3=très apprécié).


 

Pas de commentaire pour le moment





A LIRE AUSSI LES + LUS