Une J9 de Ligue 1 pleine d'enseignements

lundi 16 octobre 2017 / 14h04 /


# LIGUE 1   
Une J9 de Ligue 1 pleine d'enseignements 0

Nous avons eu une 9ème journée de Ligue 1 sans le redouté 0-0, avec un match fermé sans saveur, comme nous pouvions en avoir les précédentes saisons. Cette journée post trêve internationale s'est soldée avec 31 buts en 10 matchs. Notre Ligue 1 serait elle devenue un championnat, où il se passe tout le temps des choses ?


Le PSG et les autres ?

Nous l'attendions toutes et tous cette saison, le PSG a quasiment mis la main sur le championnat de France, avec 6 points d'avance sur le second Monaco, dès la 9ème journée de Ligue 1. Le PSG pourrait même battre le record de points au cours d'une saison, tant la concurrence ne pourra rivaliser avec le club parisien.

C'est ce que tout le monde pense, mais je ne suis pas de cet avis car le PSG ne maîtrise pas complètement son football, surtout au milieu du terrain, et remporte principalement ses matchs grâce à ses individualités en attaque et une certaine réussite. Malgré ses fortes individualités, le PSG s'en est remis à Thomas Meunier pour gagner à Dijon. 

Cette équipe du PSG rencontrera de grandes difficultés, dès que Neymar sera moins bien  et Cavani ou Verratti seront absents, car la réussite ne repose que sur ces individualités et le manque de joueurs à certains postes et l'orgie de joueurs à d'autres postes comme sur les côtés en attaque.

Dijon v PSG  : Emery fait des choix par défaut ?

Les dijonnais ont joué sans complexe face au PSG, en contenant parfaitement les parisiens au milieu du terrain. Unai Emery a repositionné Julian Draxler en meneur de jeu, et je l'ai déjà dit, pour moi l'allemand n'a pas les qualités pour évoluer à ce poste. Le coach parisien ne veut pas perdre Julian Draxler et donc lui cherche une place par défaut. L'allemand peut s'en sortir à ce poste lorsque le PSG domine fortement l'adversaire, mais dès qu'il y a de l'adversité, Draxler n'a pas les qualités d'accélérations du ballon et de vision du jeu comme peut l'avoir Pastore ou Coutinho (pour ne citer que lui). 

Pour faire jouer Thomas Meunier et ne pas mettre Dani Alves sur le banc, Emery replace également le latéral brésilien dans l'entre jeu au côté de Draxler et Rabiot.

En-dehors de Marco Verratti, le PSG ne dispose pas dans son effectif de milieu récupérateur, alors Adrien Rabiot endosse ce costume qu'il ne veut surtout pas porter. 

Kylian Mbappé a joué avant centre et il n'a pas du tout rempli le rôle, qu'Edison Cavani est capable d'assumer pendant tout un match. Le jeune français ne s'est pas montré à son aise à ce poste, alors qu'ils étaient nombreux à le voir déjà prendre la place de l'uruguayen. Lors de son transfert au PSG, j'ai déjà évoqué dans une vidéo, le rôle que pourrait avoir Kylian Mbpapé par rapport à ses qualités, où pour moi il se retrouverait sur le côté droit de l'attaque parisienne. De nombreux experts le plaçaient avant centre à la place de Cavani et critiquaient Emery de l'avoir repositionné à droite. 


Après le match contre Dijon, Kylian s'est lancé dans une déclaration surprenante et osée, en faisant une analyse juste sur son match. Il faut croire que Mbappé décide de là où il va jouer et non son coach ?


"Il n’y avait pas beaucoup de repères. Ce n’était pas le match idéal, non plus, pour débuter dans cette position de numéro 9. Maintenant, il y a Edi (Cavani) qui assure cette place toute l’année, il n’était pas là cette fois donc occasionnellement je peux avoir à jouer à cette place, mais là ça faisait un bon bout de temps. Mercredi, je vais retrouver mon couloir droit."
Kylian Mbappé

Je ne critiquerais jamais un joueur de football, qui est plein de spontanéïté devant les caméras et Kylian n'en manque pas, car les discours policés n'apportent rien au sujet. Bon allez, on va dire que Kylian Mbappé en a discuté avec son coach avant et après le match contre Dijon, et qu'il connaît son poste au PSG jusqu'à la fin de saison. 

Unai Emery ne fait pas vraiment confiance à Giovani Lo Celso, car l'argentin n'est jamais titulaire et se contente de bout de match, lorsque le score est acquis au PSG. 

Dans ce match contre Dijon, Unai Emery avait prévu de faire entrer Lo Celso à la place de Thomas Meunier, mais le ballon était toujours en jeu. Le latéral droit belge, ouvre le score pour le PSG alors qu'il devait sortir du terrain, et Unai Emery décide finalement de sortir Draxler pour laisser Meunier sur le terrain. Superstition, mérite ou paix sociale dans le vestiaire ?

Emery, le coaching de la paix sociale ?

Oui, il faut constater que le coach parisien positionne des joueurs sur le terrain par défaut, pour une raison principale : ne pas perdre certains joueurs et s'assurer la paix sociale dans le vestiaire. 

/ Kylian Mbappé avant centre pour faire jouer Di Maria à droite, n'est fait que pour éventuellement tester le jeune français en numéro 9, mais surtout offrir du temps de jeu à l'argentin. Le coaching n'est pas gagnant, mais il a le mérite d'être plein d'enseignements.
 
/ Draxler en pseudo meneur de jeu est un poste par défaut et dans les très grands matchs, le coach parisien ne positionnera pas l'allemand à ce poste, car il sait parfaitement que ce système ne tient pas la route. Le poste de Julian Draxler est ailier gauche, où il performe notamment avec la Mannschaft, mais Emery ne peut mettre Neymar sur le banc ou voire meneur de jeu. Emery gère Draxler et Neymar dans le seul objectif de s'assurer une paix sociale.

/ Dani Alves en milieu relayeur ou récupérateur est un poste par défaut pour permettre à Thomas Meunier, qui performe avec la Belgique, de jouer. Là encore, dans les matchs avec une forte opposition, le coach parisien ne jouera pas ainsi, donc ce positionnement ne sert à rien. Unai Emery gère ces 2 joueurs pour avoir la paix sociale.

/ Adrien Rabiot occupe le poste de milieu récupérateur par défaut, pour pallier l'absence de Verratti, mais le "Duc de Paris" ne veut pas évoluer dans cette position. 

Oui, le PSG a joué contre Dijon avec de nombreux joueurs occupants un poste par défaut et il faut se rendre à l'évidence, qu'Unai Emery a constitué une équipe pour contenter son vestiaire. Ce mode de fonctionnement n'est pas adapté à une équipe de premier plan européen, car finalement le coach du PSG ne travaille pas des automatismes et un système, qui lui permettront de faire face aux matchs les plus importants de la saison. En agissant ainsi, Unai Emery démontre certaines difficultés à gérer son vestiaire et surtout je me pose la question, si nous ne sommes pas là dans une présidence des joueurs.

Les joueurs du PSG ne sont pas dupes et comprennent que leur coach les gère pour avoir la paix sociale. Si ces joueurs ne font pas de bons matchs à des postes par défaut, alors les décisions d'Unai Emery se retourneront contre lui et il aura non pas un ou deux joueurs contre lui, mais tous ceux qui n'évoluent pas à leur poste ou peu (Alves, Rabiot, Draxler, Lucas, Meunier, Mbappé, Di Maria ...). Comment va t'il gérer Thomas Meunier qui a fait gagner le PSG contre Dijon ? S'il fait jouer le latéral droit belge, alors que Dani Alves ne peut évoluer au milieu de terrain, alors le brésilien sera sur le banc. S'il fait jouer Dani Alves, alors Meunier ne va pas comprendre, lui qui a inscrit un doublé contre Dijon... En n'établissant pas de hiérarchie claire, le coach parisien aura les 2 latéraux droits contre lui, à termes.

Unai Emery m'inquiète fortement et va devenir le maillon faible d'un vestiaire, à qui il a montré de la fébrilité. Par son manque de leadership et de main mise sur le recrutement, le coach basque va perdre son vestiaire qui se retournera contre lui, dès lors qu'il y aura une défaite importante.

Depuis le début de saison et surtout depuis l'affaire Neymar-Cavani, Unai Emery constitue une équipe pour faire plaisir à son vestiaire, et ses choix ne sont pas dictés par des idées de jeu à produire. 

Je ne vois pas Unai Emery continuer au PSG, après cette 2017-2018 !

  
Lyon v Monaco  : Enfin un match gagné au mental !

Lyon a très bien débuté ce match en menant au score à 2 reprises, en première période, mais à chaque fois se fait rejoindre par Monaco quelques minutes après avoir inscrit un but. 

Comme depuis le début de saison, Lyon pratique un football attractif et offensif contre Monaco mais pêche souvent par un mental défaillant, en se faisant rejoindre au score. Nous avons encore assisté à un énième match, où Lyon mène au score et se fait égaliser par l'adversaire. Dans les 10 dernières minutes, les 2 équipes se dirigent vers un match nul ou voire une victoire de Monaco, qui a pris légèrement l'ascendant sur les lyonnais. 

Très souvent critiqué injustement pour si ou ça, Bruno Génésio doit remporter ce match contre Monaco pour ne pas compromettre sérieusement son poste, tant les tensions sont vives au club de Lyon. 

Bruno Génésio opère un changement audacieux à la 80ème minute, là ou Leonardo Jardim veut assurer le point du match nul. Au même moment à la 80ème minute, Jardim remplace Traoré (offensif) par Tilemans (milieu relayeur) et Génésio remplace N'Dombele (milieu relayeur) par Maolida (offensif). Dès lors, Lyon joue clairement pour remporter ce match, là où Monaco se contenterait du 2-2.

L'entrée de Maolida a fait énormément de bien aux lyonnais, tant le jeune attaquant de 18 ans s'est montré disponible sur le terrain et a proposé des solutions à ses coéquipiers, en cherchant à accélérer le jeu. Nabil Fékir a offert la victoire aux lyonnais, grâce à un coup franc provoqué et parfaitement tiré dans le but de Subasic.

Finalement, le coaching plutôt audacieux de Bruno Génésio s'est avéré payant et il faut le souligner, car seules ses erreurs sont plutôt mises en avant, mais jamais ses décisions payantes. 

Pour le moment, Lyon est sur courant alternatif, en soufflant le chaud et le froid depuis ce début de saison. Il faut également reconnaître que les lyonnais n'ont pas été aidés par l'arbitrage depuis plusieurs matchs, avec des cartons rouges pris ou des penaltys non obtenus, ce qui peut également expliquer certaines carences. Cette équipe lyonnaise est encore jeune sur le plan du vécu entre les joueurs, car de nombreux nouvelles recrues sont arrivées cette été et ce match remporté dans les derniers instants contre Monaco pourrait apporter du dynamisme.

Les lyonnais ont plutôt réalisé de très bonnes performances contre les grandes équipes comme le PSG et Monaco, mais doivent également avoir ce niveau de jeu face aux équipes réputées plus faibles.


Bordeaux v Nantes  : Les Girondins impuissants face au mur Jaune !

Nous connaissions le mur Jaune de Dortmund et bien cette saison, il faudra se familiariser avec celui du Nantes de Ranieri. Dans ce match, tout s'est passé en 2 minutes, le reste n'était que contrôle et maîtrise du bloc nantais. Nous avons eu un premier but nantais, en première période, à la 45ème minute et une égalisation de Bordeaux sur un exploit de Malcom, en seconde période, à la 47ème minute. 

Claudio Ranieri, comme je l'ai annoncé à sa signature, ne jouit pas d'une réputation de faire pratiquer un jeu offensif à son équipe. Le coach italien est un adepte de mettre en place une équipe capable de défendre en bloc, ne laissant quasiment pas d'espaces à l'adversaire pour se procurer des situations dangereuses. Ranieri aime agir également en contre, avec un pressing fort au milieu du terrain et une remontée de ballon rapide, avec des attaquants qui se projettent vite vers l'avant. 

Pour ceux qui se souviennent du beau jeu à la nantaise, et bien ils peuvent revisionner les images du passé, mais ils ne le verront pas avec Claudio Ranieri. 

Les nantais ont parfaitement cadrillé le terrain face à un Bordeaux, sans véritable meneur de jeu ou de joueur capable de jouer entre les lignes ou entre les joueurs du bloc canari. Nicolas De Preville a bien essayé d'endosser ce rôle, que ne pouvait tenir Otavio, Sankharé ou Lerager, et c'est d'ailleurs sur l'une de ses passes à Malcom que Bordeaux a égalisé. 

Nantes a parfaitement contenu le manque d'inspiration des bordelais, qui ne s'en remettaient qu'à Malcom pour déséquilibrer le bloc nantais. L'attaquant brésilien des Girondins a tout essayé, même de provoquer un penalty à la lutte avec Djidji, mais l'arbitre du match a considéré que les 2 joueurs utilisaient leur bras pour se disputer le ballon.

Les bordelais ont fait preuve d'un vrai manque d'imagination, dans ce match cadenassé par Nantes et Jocelyn Gourvennec a tenté d'apporter de la créativité dans l'entre-jeu, en faisant entrer Vada à la place de Sankharé. Toutes les équipes qui possèdent un joueur au-dessus des autres s'en remmettent à lui, mais cette fois Malcom n'a pu faire la différence seul. 

Dans ce match, les jeunes joueurs de Gourvennec ont montré qu'ils n'étaient pas encore capables d'élever leur niveau de jeu et de rythme, lorsqu'il y a de la rivalité en face. Je l'ai déjà souligné après le match contre le PSG, ce groupe bordelais possède de belles qualités mais est encore un peu tendre face aux équipes, qui savent mettre de l'intensité dans un match ou qui possèdent une forte maîtrise collective. 

Jocelyn Gourvennec doit encore apporter du volume de jeu à ses joueurs, pour leur permettre de passer un cap et de remporter ce type de match face à Nantes. 

Ce Nantes de Ranieri sera très difficile à déstabiliser et à battre cette saison !


Strasbourg v Marseille  : Des alsaciens en mode Strass et Paillettes !

Strasbourg est connu pour avoir des supporters fidèles qui répondent présents, quelque soit la division dans laquelle évoluent leurs joueurs. Le stade de La Meinau était plein à craquer, pour un match de Gala face à l'OM. Les alsaciens ont sorti les Strass et Paillettes ... Rudi Garcia, lui, n'a pas sorti Payet ... 

Le coach marseillais, Rudi Garcia, a donné les clés du jeu à Dimitri Payet,  en le repositionnant meneur de jeu derrière les attaquants.
Ce système a plutôt bien fonctionné lors des derniers matchs de l'OM, mais alors pourquoi les marseillais se sont fait dominés dans le jeu par une équipe alsacienne, avec des joueurs qui évoluaient en National il y a 16 mois ?

L'OM a inscrit un but, dès la 5ème minute, par Dimitri Payet et puis les marseillais ont essayé de gérer le match, en baissant de rythme et d'intensité dans les courses. Les joueurs alsaciens ont naturellement avancé dans le camp marseillais, pour finalement prendre le contrôle du match. L'attitude "sénateurs" de certains joueurs marseillais ont progressivement donner de l'espoir aux strasbourgeois, qui ont mis du coeur à l'ouvrage, en prenant le dessus sur le milieu de terrain de l'OM. Comme toujours au football, l'équipe qui avance sur le terrain est souvent récompensée et les strasbourgeois égaliseront à 2 reprises, pour même mener au score en seconde période. Remis en confiance par les marseillais, Strasbourg aurait du mener au score 4-2, pour gagner le match.

C'est Payet ou Sanson !

Cette équipe marseillaise joue avec 2 meneurs de jeu, en alignant Dimitri Payet et Morgan Sanson sur le terrain. Le premier ne fait aucun effort défensif et le second essaie de couvrir les espaces au milieu du terrain. L'OM ne peut pas jouer sérieusement les matchs avec Payet et Sanson ensemble ou alors doit avoir 2 récupérateurs au milieu du terrain. 

Hormis son but en début de match, Dimitri Payet s'est quasiment caché tout le match ou alors n'a pas réussi grand chose sur le terrain. Morgan Sanson, quant à lui, s'est employé au milieu du terrain, mais en phase offensive est souvent gêné par Dimitri Payet qui veut recevoir le ballon. 

Les 2 joueurs ont inscrit un but dans ce match et ont terminé la rencontre, alors que Dimitri Payet aurait du laisser sa place en seconde période, tant il a été transparent.

A l'avenir, Rudi Garcia devra choisir entre Payet et Sanson, car les 2 milieux de terrain ne peuvent jouer ensemble, car ils se ressemblent  bien trop dans le jeu.

Si l'OM ne veut pas perdre Morgan Sanson qui est l'avenir du club, Rudi Garcia devra faire des choix judicieux mais pourra t'il mettre sur le banc, le joueur le plus cher de l'ère Mc Court ? Non, il ne le fera pas et Morgan Sanson sera certainement remplaçant, dès que Rudi Garcia pourra aligner Luiz Gustavo et Lucas Ocampos.

Zambo Anguissa en pompier de service !

Dans ce match, Zambo Anguissa a énormément couru et a essayé de couvrir les énormes espaces laissés par Njié, Payet ou Sanson. Sans l'énorme volume de jeu de son milieu récupérateur, l'OM aurait pris l'eau de partout face à de vaillants strasbourgeois, pas toujours juste techniquement mais qui compensent par une volonté à toute épreuve. 

Zambo Anguissa a vraiment été seul à fournir les efforts, pendant que ses coéquipiers comptaient sur lui pour gratter tous les ballons au milieu du terrain, même si Morgan Sanson a essayé de le suppléer.

Rudi Garcia sort Njié pour Sarr

Rudi Garcia a fait une analyse du match étonnante à la mi-temps, lorsqu'il sort Clinton Njié pour faire entrer Bouna Sarr. Le coach de l'OM avait plutôt un problème de récupération du ballon au milieu du terrain, avec un Dimitri Payet qui ne fournissait pas les efforts suffisants. Donc pour Rudi Garcia, le problème venait de Njié, en remplaçant un sprinter par un autre sprinter mais moins à l'aise avec le ballon. Ce remplacement est incompréhensible et inutile, au vu de la première période. 

Ocampos et Gustavo indispensables !

Cette équipe de Marseille n'a pas suffisamment de maîtrise collective et individuelle, pour gérer ses matchs sans mettre de rythme. Dès que les joueurs marseillais baissent de niveau sur le plan de l'intensité, ils sont systématiquement sanctionnés. Cette équipe marseillaise n'a pas de marge de manoeuvre et doit jouer tous ses matchs sur un rythme élevé, pour maintenir une pression sur l'adversaire et compenser son manque de maîtrise collective et sa faible solidité défensive. 
 
Le plus inquiétant pour l'OM, est que Lucas Ocampos devient presque indispensable, car lui court et opère un pressing incessant sur la défense adverse.

Comme Ocampos, Luiz Gustavo est essentiel au milieu du terrain, pour soulager la défense marseillaise et chacune de ses absences sera quasiment préduciable à l'OM.

Rudi Garcia n'a pas encore montré quel style de jeu il veut voir pratiquer par son équipe.

Comme Unai Emery, Rudi Garcia pourrait vivre sa dernière saison avec l'OM, sauf s'il place le club dans les 3 premières places de Ligue 1 !


Rennes, l'imbroglio permanent !

Décidément, le Stade Rennais remporte tous les trophées en Ligue 1, de ce qu'il ne faut pas faire dans la gestion d'un club. Depuis la reprise du club par François Pinault en 1998, les saisons passent et se ressemblent à Rennes. Les présidents et les coachs changent, mais les saisons sont toujours les mêmes sur le plan des résultats et de l'atmosphère. 
 
Les dirigeants rennais cumulent les coachs et ils ont atteint un niveau de ridicule jamais vu dans le football, lors de la saison 2015-2016. En janvier 2016, Rolland Courbis est recruté en tant que conseiller du président et remplace finalement Philippe Montanier quelques jours plus tard. Ce même Courbis sera remplacé par Christian Gourcuff en fin de saison. Une gestion de l'arrivée et d'un départ catastrophique de Rolland Courbis à Rennes ... L'équipe de Rennes aura eu 3 coachs différents en l'espace de 6 mois. C'est simplement terrible pour l'image du club.

Il n'y a aucune ambition sportive dans ce club, qui ne sert que d'intérêts politiques ou économiques dans la suprématie d'entrepreneurs bretons. 

Pire même, ce club appartient et est géré par des dirigeants, qui n'ont aucune passion pour le football et donc ne transmettent rien aux salariés du club. Comment voulez vous que les joueurs se défoncent pour un club, où il n'y a pas d'âme sur le plan du football, où ça ne vibre pas football, où ça ne parle pas football, où le propriétaire est davantage aperçu dans les tribunes VIP que dans le vestiaire ... Ces joueurs rennais ne ressentent pas l'amour du football de leurs dirigeants et ont plutôt l'impression d'appartenir à une entreprise lambda qui commercialise des produits immatériels. Un club de football professionnel est une entreprise, mais ne peut être géré avec froideur et sans émotions vis à vis des joueurs, des supporters et du personnel.

A l'inverse, le club de Guingamp, sans trop de moyens, est géré avec passion transmise par les dirigeants, ce qui a permis au petit poucet breton de se construire un palmarès plus important que l'ogre rennais.

Montpellier, avec la famille Nicolin,  est l'exemple même d'un club géré avec la passion et l'amour du football et des joueurs, ce qui a permis au club de l'Hérault de gagner le championnat et la coupe de France, sans avoir les milliards du propriétaire rennais. Je me pose la question sur les raisons et l'intérêt d'un riche homme d'affaires de posséder un club de football, alors qu'il n'a aucune passion pour ce sport. Le championnat de France n'est pas celui de l'Angleterre qui permet de réaliser des plus values, grâce aux droits TV.

Nous allons certainement voir débarquer Olivier Létang, en tant que président et éventuellement Christophe Galtier, en tant que coach de l'équipe.

Je m'excuse par avance auprès des formidables supporters rennais que j'apprécie particulièrement, mais je vous annonce déjà la prochaine catastrophe au Stade Rennais !


Rédigé par ZT // Socio Football


0

COMMENTAIRES
 
REAGISSEZ
A CET ARTICLE
Il est nécessaire de créer un compte et de se connecter pour réagir aux articles. Vous pouvez noter les commentaires de chacun (0=pas du tout apprécié, 3=très apprécié).


 

Pas de commentaire pour le moment





A LIRE AUSSI LES + LUS