Après que la police a agressé un homme, Emmanuel Macron s’est dit “extrêmement choqué” et a appelé à des sanctions

Emmanuel Macron s’est dit ‘Très choqué’ Par La vidéo révélée par les médias Randonneur La police bat un producteur de musique noire à ParisLe journal Elysée a rapporté vendredi 27 novembre. C’est la première réponse officielle du chef de l’Etat à cette question controversée, y compris au sein de sa majorité.

Lisez notre histoire: Un barrage de coups et de mensonges: retour sur le passage à tabac du producteur de musique Michael Zuckler par trois policiers

Une source gouvernementale a indiqué que le président de la République a reçu jeudi son ministre de l’Intérieur et lui a demandé d’annoncer des sanctions très claires contre la police. Des policiers impliqués dans l’arrestation du producteur de musique ont été interpellés, et Gérald Darmanin, qui a saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a annoncé jeudi soir sur France 2 qu’il demanderait à être licencié si les faits étaient. Cela a été confirmé.

Pendant l’expression Son “soutien indéfectible” à la police dans son ensembleGerald Darmanen a ajouté: “Quand il y a des gens qui déconnent, ils devraient enlever l’uniforme de la république, ils devraient être punis, ils devraient quitter ce travail, et ils devraient être punis par la justice.” Vendredi, le parquet de Paris a indiqué que les quatre policiers qui font l’objet d’une enquête ont été appelés pour être entendus dans le cadre du système de réservation du siège de l’IGPN.

L’article est réservé à nos abonnés Lire aussi Violence policière: l’équilibre gouvernemental

J’espère calmer

A l’Elysée, le chef de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda, a reçu jeudi la défenseuse des droits, Claire Haddon, selon un proche de l’exécutif, qui a confirmé que le chef de l’Etat voulait se calmer. .

READ  «Nous étions derrière du plexiglas qui avait des masques», explique Amandin Petit, après une dédicace controversée à la Moselle

Jusqu’à présent, ce dernier n’a pas parlé Photos de policiers évacuant brutalement des migrants de la place de la République à Paris Pas à propos de Article 24 de la loi sur la “sécurité globale”., Qui veut punir la publication de photos de policiers pendant l’opération avec une intention malveillante. Au nom de la séparation des pouvoirs, il ne veut pas s’exprimer dans un texte parlementaire et évoquer le cadre majoritaire.

D’une part, plusieurs de ses proches ont exprimé leur mécontentement public face aux passages à tabac dont le producteur a été victime, notamment le conseiller politique du président Stefan Sigourney, le président de l’Assemblée Richard Ferran, et le vice-président de LRM, Christophe Castaner, trois membres de son entourage.

Richard Ferrand a mis en garde contre le Prof. “l’utilisation” Puissance qui “Cela mine la confiance fondamentale entre les citoyens et ceux qui nous protègent, et ils devraient être punis sans faiblesse.”. “Il est temps que le chef de la police s’assure que ceux qui appliquent eux-mêmes la loi la respectent.”A déclaré le député européen Stéphane Séjourné.

Lisez notre éditorial: Police: une grave crise de conduite

Le monde avec l’Agence France-Presse

More from Grégoire Félix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *