septembre 28, 2021

Socio Football

Suivez toute information politique, culturelle, sportive et en direct. Les dernières informations, nouvelles et événements à travers le monde.

“Ce n’est pas facile”: l’aube d’une ère lente pour les conducteurs parisiens

Posté sur:

Paris (AFP)

Dans le cadre de l’engagement de la maire Anne Hidalgo à réduire le trafic et la pollution, les conducteurs parisiens ont dû faire face à de longs trajets lundi alors que la limite de vitesse de 30 kilomètres par heure est entrée en vigueur dans la plupart des rues de la capitale.

Alors que cette décision a été saluée par des groupes environnementaux et de nombreux habitants, les critiques accusent Hidalgo de gauche d’avoir pesé sur sa candidature à la présidence en infligeant des amendes à des millions de personnes qui fuient chaque jour vers la capitale française pour travailler.

Près des deux tiers des routes parisiennes sont déjà limités à 19 miles par 30 km/h, principalement à proximité de rues étroites ou d’écoles, le maximum imposé dans d’autres grandes villes comme Lille ou Nantes.

Désormais, seules quelques voies principales, dont l’emblématique boulevard des Champs-Elysées, permettent de circuler à des vitesses allant jusqu’à 50 km/h.

La rocade de Paris, ou “Periberic”, sera la vitesse la plus rapide d’Europe à 70 km/h, avec environ 1,1 million d’utilisateurs par jour, bien qu’Hidalco ait déclaré vouloir réduire le nombre de voies pour accueillir davantage de vélos et de piétons.

Les taxis et les chauffeurs-livreurs en particulier ont été touchés par les faibles vitesses peu pratiques et inutiles.

“Ce n’est pas facile d’être à 30km/h sur une voie de bus”, confie à l’AFP Smile Sekimi, qui conduit sa voiture depuis 28 ans.

“J’étais un peu stressé ce matin et un client était très en colère parce qu’un voyage prenait cinq à dix minutes de plus que la normale”, a déclaré Chekimi.

READ  Un manoir à ossature de bois en Normandie, France est livré avec un grand complexe équestre

“Certains chauffeurs de taxi peuvent décider d’arrêter à cause de cela.”

– ‘Trop compliqué’ –

Pour Fabrice Bose, le verrier qui s’appuie sur sa camionnette de livraison, les nouvelles limites vont créer d’importants embouteillages dans la capitale.

“Nous avons déjà assez de mal à travailler dans la gamme des 50 km. A 30 km/h, les choses vont se compliquer”, a déclaré Basque, 55 ans.

Cette décision intervient alors que Hidalco fait également pression pour la suppression de 60 000 des quelque 140 000 places de stationnement au niveau de la rue de la ville.

Les responsables de la ville disent qu’ils répondent à des règles strictes en matière de pollution et à un large consensus public sur la nécessité de promouvoir des alternatives telles que les fonctionnaires et les vélos ou les scooters électriques.

Dans un sondage commandé par la mairie à la fin de l’année dernière, 59% des Parisiens ont approuvé la limitation de vitesse inférieure – bien que 36% des habitants de la banlieue l’aient soutenu.

“C’est vrai qu’il y a beaucoup de bruit – parfois vous ne pouvez même pas entendre quand ils parlent”, a déclaré Mary Hiss.

“A 30km/h, les choses changent. Nous avons moins de voitures et les gens font plus attention”, a déclaré His.

Mais elle avait pitié des libérateurs et d’autres qui conduisaient pour gagner leur vie.

“Dans tout Paris, toute la journée, imaginez un chauffeur qui doit rouler à seulement 30km/h. Même à 60km/h il n’arrive toujours pas à l’heure”, a-t-il déclaré.

– Est-ce que ça marche? –

READ  ArcelorMittal supervise les propriétés Liberty Steel en France

Jusqu’à présent, cependant, certains conducteurs ont fixé des limites inférieures lors des urgences du lundi matin.

“On ne voit toujours pas de différence”, a déclaré Fury Morrisot, un cycliste de 32 ans qui se trouvait sur le boulevard Hosman, où il roule désormais à 30km/h.

“Il y a de plus en plus de vélos et il y a des voies partout, mais nous sommes toujours très proches des voitures, donc les ralentir rendra les choses plus sûres”, a-t-il déclaré.

Mais de nombreux conducteurs ont déclaré que l’application de limites inférieures était presque impossible et ne pouvait avoir qu’un faible impact sur les vitesses de conduite réelles.

“Chaque ville qui roule à 30 kilomètres à l’heure avance les mêmes arguments – pollution, bruit, accidents”, a déclaré à l’AFP Pierre Cesre, président de l’association 40 millions d’automobilistes.

“Quand on y regarde de près, on voit qu’introduire une vitesse de pointe de 30 km ne conduit pas à une réduction de la vitesse. Donc au final il n’y a pas de réduction du bruit, pas de réduction de la pollution”, a-t-il déclaré.