octobre 17, 2021

Socio Football

Suivez toute information politique, culturelle, sportive et en direct. Les dernières informations, nouvelles et événements à travers le monde.

Cinq choses à savoir sur le Mali

Posté sur: Modifié:

Bamako (AFP)

L’attaque au couteau mardi contre le président par intérim du Mali, Azmi Qaida, a récemment porté un coup dur à la stabilité dans l’un des pays les plus pauvres et les plus turbulents d’Afrique.

Koita a dirigé une coalition au pouvoir en août dernier et a renversé en mai un gouvernement intérimaire nommé pour ramener le pays à un régime civil.

Voici un dossier factuel :

– Passé exotique –

Le plus grand pays d’Afrique de l’Ouest, le Mali moderne possède des légendes fascinantes et des villes désertiques de longue histoire impériale.

Le pays principalement aride, en partie irrigué par le fleuve Niger, est devenu le centre de l’empire ghanéen pendant plus de cinq siècles à partir de 700 après JC, tandis que l’islam se répandait dans la région.

Au nord, au plus profond du Sahara malien, la ville de Thimphu est devenue un centre de bourses glorieuses et d’échanges culturels, devenant un poste important pour les commerçants d’or, de sel et d’esclavage.

Mansa Musa, l’empereur du Mali au 14ème siècle, est considéré comme l’homme le plus riche qui ait jamais vécu.

– La pauvreté –

Le Mali est le quatrième exportateur mondial d’or et le principal producteur de noix de cajou, mais l’un des pays les plus pauvres au monde, se classant 184e sur 189 selon l’ONU.

Plus de 40 pour cent de la population de plus de 20 millions d’habitants vivent dans l’extrême pauvreté.

Le double coup dur du changement de régime et de l’épidémie de l’année dernière est passé de 5,1% en 2019 à 2%.

READ  Dernier virus Corona: l'ordre de couvre-feu nocturne en France se termine plus tôt que prévu

La Banque mondiale avertit que sa croissance démographique rapide et le changement climatique constituent une menace pour l’agriculture et la sécurité alimentaire.

La chute de la production cotonnière et les mauvaises performances du secteur agricole ont contribué à l’aggravation de la pauvreté.

– Rebelles djihadistes –

En 2012, les Touaregs du nord du Mali se sont soulevés et ont rejoint le groupe d’extrémistes islamiques Ansar Tine.

Les coups du pays sont tombés aux mains des djihadistes dans trois grandes villes du nord, dont Gao, Kidal et Thimphu, ce qui a suscité une inquiétude mondiale quant au sort des monuments historiques et des manuscrits.

En 2013, la France est intervenue auprès des militaires pour aider à reconquérir le nord et déployer une grande force de maintien de la paix de l’ONU.

Mais la propagande djihadiste s’est propagée au Malik central et de là au Niger et au Burkina Faso. Des milliers ont été tués et des centaines de milliers ont fui leurs maisons.

En 2017, cinq pays soutenus par la France ont accepté de rejoindre la force anti-jihadiste G5 Sahel, réunissant le Burkina Faso, le Tchad, la Mauritanie et le Niger et le Mali.

En juin, la France a annoncé le remaniement de sa présence militaire au Sahel. Son Opération Barclays, forte de 5 100 personnes, sera blessée au premier trimestre 2022.

– Troubles politiques –

L’ancienne colonie française a un long passé d’instabilité chronique.

Après avoir accédé à l’indépendance en 1960, le Mali a été dirigé par Modibo Gita pendant huit ans et a été renversé en 1991, avant d’être renversé par un coup d’État militaire par Moussa Truro.

READ  La France et l'Angleterre sont favorites

L’année suivante, Alpha Omar Conare est devenu le premier président du Mali démocratiquement élu.

Ibrahim Bakr Geeta, communément appelé « IPK », a été réélu cinq ans après son arrivée au pouvoir en 2013.

Il a été évincé par de jeunes officiers militaires le 18 août 2020, après des semaines de protestations contre sa gestion de la corruption et de l’insurrection du gouvernement.

Suite à la menace de sanctions de la CEDEAO par le bloc de 15 pays d’Afrique de l’Ouest, le conseil d’administration a donné le pouvoir à un gouvernement intérimaire qui a promis de réformer la constitution et d’organiser des élections dans les 18 mois.

Mais en mai, Coita, qui était vice-président sous le gouvernement intérimaire, a déclaré que le couple avait été démis de ses fonctions pour avoir tenté de « saboter » la passation de pouvoir.

Il a ensuite été nommé président par intérim et nommé premier ministre Soukwell Micah.