octobre 17, 2021

Socio Football

Suivez toute information politique, culturelle, sportive et en direct. Les dernières informations, nouvelles et événements à travers le monde.

La France ouvre une enquête judiciaire sur l’accord Raphaël avec l’Inde (médias français)

Un juge français a été nommé pour diriger l’enquête judiciaire “la plus importante” sur les allégations de corruption et de soutien dans le cadre de l’accord de 59 000 crores sur l’avion de guerre Raphael avec l’Inde, selon le site de renseignement français Mediapart.

Suite à cette évolution, le porte-parole en chef du Congrès, Randeep Surjewala, a exhorté le Premier ministre Narendra Modi à se manifester et à ordonner une enquête de la Commission parlementaire mixte (JPC) sur l’accord Raphaël.

“La corruption dans l’accord Raphaël est désormais claire. La position du parti du Congrès et de Rahul Gandhi a été prouvée aujourd’hui suite à l’ordre du gouvernement français d’ouvrir une enquête”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Cependant, il n’y a eu aucune réaction immédiate du gouvernement indien ou du BJP.

Mediapart a indiqué que l’enquête sur l’accord intergouvernemental, qui a été signé en 2016, a été officiellement ouverte le 14 juin.

“Une enquête judiciaire a été ouverte sur des allégations de corruption en France concernant la vente de 36 avions de combat Rafale construits par Dassault à l’Inde en 2016 pour 7, 7,8 milliards”, a déclaré Mediapart dans un récent développement de l’accord controversé.

Le National Financial Advocates Office (PNF) a ouvert une enquête.

Mediapart a ordonné l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet national des finances en avril à la suite d’un rapport de Mediapart sur de nouveaux rapports et d’une plainte de Sherpa, une ONG française spécialisée dans les délits financiers.

“L’enquête la plus importante sur l’accord intergouvernemental signé en 2016 a été officiellement ouverte le 14 juin”, indique le communiqué.

READ  La France met en garde contre la crise «la plus grave» du Covit-19 dans ses territoires étrangers

Le journaliste de Mediapart Jan Phillippe, qui a déposé une série de reportages sur l’accord, a déclaré que la première plainte avait été “enterrée” en 2019 par un ancien chef du PNF.

« L’information judiciaire a été ouverte à la suite de l’instruction des #RaphaelPapers de Mediapart et de la nouvelle plainte de sAsso_Sherpa. La 1ère plainte a été enterrée en 2019 par l’ancien patron de la BNF Elien Howl », a-t-il tweeté.

En avril, Mediapart, citant une enquête de l’organisme anti-corruption du pays, avait annoncé que Dassault Aviation avait versé environ un million d’euros à un courtier indien.

Dassault Aviation a nié les allégations de corruption et a déclaré qu’aucune violation du droit des contrats n’avait été signalée.

Le gouvernement de la National Democratic Alliance (NDA) avait signé le 23 septembre 2016 un Rs. . Le MMRCA pour l’Indian Air Force était inefficace pendant le régime de l’Alliance progressiste unie (UPA).

Le Congrès a accusé le gouvernement d’irrégularités massives dans l’accord, l’accusant d’acheter chaque avion au prix de 1 670 crore de Rs contre 56 crore de Rs finalisé par le gouvernement de l’UPA lors des négociations pour la MMRCA.

À l’approche des élections de 2019 à Lok Sabha, le Congrès a soulevé un certain nombre de questions sur l’accord et des allégations de corruption, mais le gouvernement a nié toutes les allégations.