juillet 29, 2021

Socio Football

Suivez toute information politique, culturelle, sportive et en direct. Les dernières informations, nouvelles et événements à travers le monde.

Les ministres du G20 se lancent dans une réforme fiscale mondiale de la taxe verte

Posté sur: Modifié:

Venise (AFP)

Les ministres des Finances des pays riches du G20 devraient donner leur feu vert samedi à un accord historique pour taxer les multinationales.

Le cadre de la réforme a été approuvé par 131 pays au début du mois, y compris un taux d’imposition mondial minimum des sociétés de 15 %, et devrait être en place d’ici 2023.

Salué par les personnes impliquées comme “historique”, il vise à étouffer les paris alors que les pays se font concurrence pour offrir les taux d’imposition les plus bas pour attirer les investissements, de nombreuses sociétés multinationales payant des taux d’imposition.

“Cet impôt minimum sur les entreprises doit être ambitieux”, a déclaré vendredi à l’AFP le ministre français des Finances Bruno Le Myre, ajoutant que le G20-19 pays riches et le sommet de l’UE représentent une opportunité unique.

Les pays qui représentent 85 % de la richesse mondiale “cherchent un accord au 21e siècle qui permettra une taxation équitable des géants du numérique, qui éviteront souvent la taxation, et personne ne peut l’accepter”, a-t-il déclaré.

– ‘En chemin’ –

Un accord définitif sur le taux minimum n’est pas attendu avant le sommet du G20 à Rome en octobre.

Mais les pourparlers de Venise sont l’occasion d’en savoir plus et de faire pression sur ceux qui n’ont pas encore signé l’accord, qui a été attaqué sous les auspices de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Les États-Unis, la France et l’Allemagne sont parmi les pays où le taux de pression est le plus élevé, tandis que les agences d’aide, dont Oxfam, soutiennent que 15 pour cent est trop faible.

READ  McIlroy soutient les piles « 100% » sur le retrait olympique

Mais malgré l’opposition de certains pays – l’Irlande, membre de l’UE, a impressionné Apple et Google avec ses faibles taux d’imposition à Dublin – aucun changement de taux n’est probable.

“Nous arrivons maintenant à un accord qui sera” finalisé prochainement “, a déclaré le ministre allemand des Finances Olaf Schaals à la télévision CNBC.

Le taux minimum devrait affecter les grandes entreprises de moins de 10 000, avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 50 750 millions.

C’est l’un des deux piliers de la réforme fiscale mondiale, débattue depuis des années et qui a reçu un nouvel élan sous le président américain Joe Biden.

L’autre fournira aux pays une part des bénéfices qui y sont réalisés, qui s’appliquera dans un premier temps aux 100 premières entreprises ou plus.

Il cible des sociétés technologiques telles que Google, Amazon, Facebook et Apple, mais peut également affecter des sociétés telles que PP, une société énergétique basée dans 85 pays.

# Photo1

Selon un projet de rapport final reçu par l’AFP, les ministres du G20 approuveront “l’accord historique de l’OCDE sur la structure fiscale internationale la plus stable et la meilleure”.

La réunion de deux jours à Venise a réuni la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, la présidente de la Banque centrale européenne (ECP) Christine Lagarde et le ministre russe des Finances Anton Siluvanov, ainsi que la Chine et l’Inde.

La sécurité est stricte, la zone de Lagoon City Arsenal est fermée aux habitants et aux touristes, cependant, des centaines de manifestants sont attendus dans l’après-midi à Venise.

READ  16% des Français ne veulent pas du vaccin du gouvernement, selon une nouvelle étude

Le changement climatique est également à l’ordre du jour, et vendredi Yellen a appelé ses homologues du G20 à agir avec plus d’urgence pour déstabiliser l’économie mondiale.

Les ministres du G20 et les dirigeants des banques centrales devraient également rechercher un soutien supplémentaire pour les pays gravement touchés par l’épidémie de virus corona.

La chef du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a appelé cette semaine les pays riches à intensifier leurs efforts pour aider les pays les plus pauvres à faire face au “double coup catastrophique” du Covit-19.