juin 17, 2021

Socio Football

Suivez toute information politique, culturelle, sportive et en direct. Les dernières informations, nouvelles et événements à travers le monde.

Macron dit que la France retirera ses troupes du Mali si le pays revient à “l’islam radical”

Posté sur:

Le président Emmanuel Macron a averti dimanche dans un communiqué que la France retirerait ses troupes du Mali si la France se tournait vers l’islam radical à la suite d’un deuxième complot en neuf mois.

Cercle – Le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger ont environ 5 100 soldats en France.

L’opération dirigée par le Tchad a commencé en 2013 après l’intervention de la France pour arrêter un mouvement djihadiste au Mali.

Mardi, la France et l’Union européenne ont condamné une “conspiration inacceptable” dans un délai d’un an après la détention du président par intérim du Mali Bah ஹ் ‘u’ll மற்றும் h et du Premier ministre Mokhtar Owane en tant que détenus.

Macron a déclaré qu’il avait dit à Enda que la France retirerait ses troupes si le Mali se tournait vers l’islam radical.

«L’islam extrême au Mali avec nos soldats? Jamais», a-t-il déclaré à l’hebdomadaire The Journal à Dimanche.

“Le Mali a ce test aujourd’hui, mais si cela va dans ce sens, je reculerai”, a-t-il prévenu dans des propos tenus lors du voyage au Rwanda et en Afrique du Sud. Macron est rentré samedi à Paris.

Le président français a ajouté qu’il avait envoyé un message aux dirigeants ouest-africains selon lequel “nous ne pouvons plus soutenir un pays sans justice démocratique ni changement”.

Sommet Ecovas sur le Mali

Avant un sommet extraordinaire consacré dimanche au Mali par la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (EGOA), le président du conseil de gouvernement du Mali, le colonel Azimi Koita, a été invité dans la capitale ghanéenne, Agra, pour des «consultations».

READ  Dernier virus Corona: l'ordre de couvre-feu nocturne en France se termine plus tôt que prévu

Des sources militaires et aéroportuaires ont déclaré que Koita s’était envolé pour Agra samedi.

Il a occupé le poste de vice-président depuis qu’il a dirigé le coup d’État qui a évincé le président démocratiquement élu en août dernier, et les rôles de président et de premier ministre détenus par le public après la pression de la CEDEAO pour faire la médiation.

Les dirigeants intérimaires, cependant, ont été arrêtés lundi avant d’être libérés jeudi, a indiqué l’armée.

Les doubles arrestations ont déclenché un tollé diplomatique et marqué la deuxième conspiration apparente en un an dans le pays du Sahel.

La Cour constitutionnelle du Mali a achevé vendredi l’élévation de Koita au plein pouvoir.

Des doutes ont été émis quant à ses autres promesses alors que la junte militaire s’acquittait de son engagement antérieur envers les dirigeants politiques civils.

Dans ses commentaires de dimanche, Macron a averti que l’Europe “paierait plus en termes de migration” si la croissance de l’Afrique échouait.

Il a souligné la nécessité d’un “investissement massif” et a appelé la communauté internationale à dégager une partie du fardeau de la dette du continent “pour aider les Africains à construire leur avenir”.

(AFP)