Le Barça pousse t'il Coutinho et Dembele au bras de fer ?

jeudi 17 août 2017 / 12h01 /


# BARCA   
Le Barça pousse t'il Coutinho et Dembele au bras de fer ? 0

Le Barça vit un été très difficile comme le club n'en a rarement vécu depuis très longtemps. Après avoir encaissé un beau chèque de la vente de Neymar, le Barça fait le forcing pour recruter Dembele et Coutinho, qui sont partis au bras de fer avec leur club actuel. 

 
Dembele et Coutinho sont partis au bras de fer, avec respectivement Dortmund et Liverpool, pour rejoindre Barça qui n'y est certainement pas pour rien dans l'attitude des 2 joueurs. Le bras de fer d'un joueur pour quitter son club n'est pas un phénomène nouveau, mais il a tendance à se démultiplier et à vite devenir la seule solution pour partir. 


Départ de Neymar qui précipite les choses 

Il faut se rendre à l'évidence que les dirigeants du Barça n'ont quasiment rien anticipé sur le plan du recrutement et font d'énormes erreurs depuis 5 ans. La défaite du Barça sur le score de 4 à 0 contre le PSG n'était certainement pas un accident, mais la conséquence de mauvaises décisions.

Le Barça s'est littéralement trompé dans ses recrutements ces dernières années et ont commencé à le payer depuis la saison 2015-2016, où l'on avait aperçu d'énormes carences dans la 2ème partie de saison. Les défauts ont été accentués lors de la saison dernière qui s'est terminée avec le seul titre de coupe d'Espagne. Le départ de Neymar a mis en lumière toute la mauvaise gestion sportive du Barça, qui doit désormais agir dans la précipitation. 

Dans le football, encore davantage que dans les affaires, l'adage "Gouverner, c'est prévoir", est essentiel dans le succès d'un club. La Juventus et Dortmund en sont les meilleurs exemples, dans le football d'aujourd'hui. On ne peut pas dire que Josep Maria Bartomeu a vraiment appliqué ce principe à sa propre gestion ou alors s'est lourdement trompé. 
 
L'objectif n'est pas de faire un bilan du président du Barça, car les socios catalans sauront très bien établir les conclusions et sanctionner si nécessaire comme par le passé. 

Je m'interroge simplement sur le situation d'urgence au Barça et de l'attitude de grêviste de la part de Philippe Coutinho et Ousmane Dembele. 


Dembele et Coutinho, 2 bras de fer différents

Ousmane Dembele et Philippe Coutinho auraient décidé de partir au clash avec leur club pour rejoindre le Barça. Les 2 joueurs seraient partis au bras de fer quasiment au même moment, mais pourtant ont adopté 2 méthodes différentes, que j'ai essayé de comprendre en allant à la pêche aux informations. Les joueurs et les clubs de football demandent de plus en plus de vérifier les informations, car il faut savoir faire la part entre le vrai et le faux, ce qui devient très subtil pour un journaliste.

Ousmane Dembele, la méthode forte  

Le français de 20 ans aurait choisi la méthode la plus radicale pour quitter Dortmund, en ne se présentant pas à l'entraînement. Le club allemand a communiqué aussitôt sur l'absence de son joueur et de ne pas savoir où se trouvait le joueur. A l'heure du mobile, de l'Internet, des réseaux sociaux et de la géolocalisation, il faut reconnaître que Dembele a de vrais talents d'agent secret. C'est digne d'une célèbre émission "Avis de recherche" et surtout lunaire, lorsqu'on sait que les joueurs sont suivis à la trace, comme le lait sur le feu par les médias et fans.

Dembele est même passé à l'étape supérieure, en ayant fait ses cartons pour quitter Dortmund en toute discrétion. Le club de Dortmund l'a immédiatement santionné, en lui interdisant de se rendre aux entraînements et d'accéder aux eincentes du club. 

Mon avis : Dans le cas de Dembele, le joueur a fermement souhaité quitter Dortmund, qui avait reçu une offre inespérée du Barça, après une relative bonne saison du jeune français. Dembele a inscrit 6 buts et délivré 12 passes décisives en 32 matchs de championnat et de coupes nationales, et inscrit 2 buts pour 6 passes décisives en 10 matchs de Ligue des Champions. Les performances du jeune français ont été correctes, mais ne sont pas non plus exceptionnelles compte tenu du jeu offensif de Dortmund. Aubameyang devait quitter Dortmund mais va finalement rester au club, le Barça propose aux alentours de 100 millions d'Euros à Dortmund, qui aurait tort de ne pas le vendre à ce prix, car le jeune français n'est pas essentiel avec le retour de blessure de Marco Reus.  A 20 ans, Dembele aurait séché l'entraînement et fait ses cartons alors que Dortmund déclare qu'il n'y a aucun accord. Cela ne ressemble pas au jeune joueur français, surtout dans un club comme Dortmund qui ne permet quasiment pas ce type de comportement. Les 2 clubs se sont mis d'accord et il restait à faire passer la pillule aux supporters de Dortmund, qui sont assez virulent avec leurs dirigeants dans ce type de situation. En agissant ainsi, les supporters du club allemand ne veulent plus que le départ de Dembele. Dans cette histoire, tout le monde est content au final même si je pense que le joueur et le Barça font la plus mauvaise affaire. Dembele va jouer au poste de Neymar, qui est à des années lumières du talent du brésilien et sera vite comparé et sifflé par les supporters catalans, en cas de mauvaises prestations. Dembele prend le risque de manquer la Coupe du Monde 2018 en Russie, s'il ne joue pas avec le Barça. Les dirigeants catalans vont payer très cher un jeune joueur qui n'a pas encore démontré grand chose au plus haut niveau, hormis d'avoir du potentiel pour destabiliser son défenseur, mais se montre encore très imprécis dans la dernière passe. Dembele a peut être été incité d'agir ainsi par le Barça ou voire plutôt Dortmund, et détériore son image à seulement 20 ans avec une telle attitude qui va le poursuivre toute sa carrière.

Philippe Coutinho, la méthode progressive et subtile  

Le talentueux milieu offensif brésilien a essayé tout d'abord la méthode douce, en demandant à ses dirigeants de Liverpool de le transférer au Barça. Coutinho a reçu une fin de non recevoir immédiate de son entraîneur et de la direction du club. A 25 ans, Coutihno a reçu une belle offre du Barça, club dans lequel il rêvait de jouer, et ne veut pas laisser passer une opportunité qui pourrait ne plus se représenter. 

Devant le refus catégorique de Liverpool et la proposition concrète du Barça, le brésilien aurait été incité par ses conseillers et éventuellement par son ancien coéquipier, Luis Suarez, de partir au clash avec son club. Evidemment, les dirigeants du Barça n'ont pas demandé au joueur de choisir le bras de fer, mais indirectement ils l'ont contraint en lui faisant une offre, alors que Liverpool ne veut pas le vendre. Dès lors, Coutinho se sent retenu contre son gré et fait savoir à ses dirigeants, qu'il ne veut plus jouer pour Liverpool et simule une blessure à l'épaule. Le brésilien a manqué le premier match de championnat et le match aller de barrage pour la qualification en Ligue des Champions. Comme a pu le faire Suarez avec Liverpool, Coutinho contraint ses dirigeants à négocier son départ au Barça et devrait obtenir gain de cause.

Mon avis : Liverpool et son coach, Jürgen Klopp, ont de fortes ambitions cette saison avec le retour en Ligue des Champions et ont besoin d'un joueur comme Coutinho, pour bien figurer dans les compétitions. Liverpool ne souhaitait pas se séparer de Coutinho à 3 semaines de la fin du Mercato, car même avec la forte somme perçue, les Reds n'auront quasiment pas le temps de recruter un joueur, pour remplacer leur stratège brésilien. Devant l'urgence, le Barça a fait le forcing pour arracher Coutinho, coûte que coûte, à Liverpool afin de calmer la colère qui monte auprès des socios catalans. Neymar et Suarez voulaient Coutinho depuis un moment, le Barça va réaliser un double coup en recrutant le milieu offensif brésilien. Le club catalan va enfin recruter un Top joueur au milieu de terrain, après ses nombreuses erreurs depuis 5 ans, et décevoir Neymar qui le voulait à ses côtés. Contrairement à Dembele, qui a évolué une seule saison à Dortmund, Coutinho est à Liverpool depuis 2013 et partirait au Barça avec une forte expérience. Le jeu de Coutinho sera une forte valeur ajoutée pour le Barça et le brésilien dispose de toutes les qualités qu'il manquait chez les Blaugrana, depuis le déclin d'Iniesta. Coutinho dispose de qualités exceptionnelles pour s'intégrer rapidement dans l'équipe et pourrait même apporter davantage que Neymar, dont le jeu commençait à être prévisible pour les défenses adverses. Sans le vouloir initialement, le Barça serait encore plus fort, mais le coach catalan va devoir convaincre Messi de laisser l'axe du terrain à Coutinho.
 

Pourquoi ce sont souvent des français ? 
 
Il y a différentes façons de montrer à son club que l'on souhaite partir et il faut se rendre à l'évidence que la méthode de nos joueurs français est souvent radicale. 

Le dernier en date était le bras de fer de Dimitri Payet avec West Ham. Le milieu de terrain de l'équipe de France a clairement signifié à son coach, Bilic, qu'il ne voulait plus jouer pour West Ham et qu'il allait sécher les matchs.

Dans le cas d'un salarié d'entreprise, celui-ci se mettrait en faute par rapport au droit du travail et pourrait être licencié sur le champs pour faute lourde sans indémnités. Il est quasiment impossible de procéder ainsi dans le football, car le joueur a une valeur marchande que le club doit absolument récupérer pour de futurs recrutements.  

Ousmane Dembele avait déclaré, il y a quelques semaines, qu'il ne partirait pas de Dortmund car il devait encore progresser et visiblement le jeune français de 20 ans a changé d'avis sur son niveau. Dans le cas du français, ce bras de fer ne viendrait certainement pas de lui et aurait pu être demandé par son club afin de faire assumer son choix à Dembele. 

Même si des joueurs de toute nationalité ont adopté le bras de fer pour quitter un club, ce sont souvent les joueurs français qui utilisent les méthodes radicales. Pourquoi, nos joueurs se distinguent autant par ce type de comportement ?

Une politique basée sur l'individualisme

Contrairement à d'autres grands pays du foobtall, la politique de la formation en France est basée sur la réussite individuelle du joueur. Dès le plus jeune âge, les éducateurs observent avant tout le potentiel physique du joueur et non l'intelligence de jeu de l'enfant pouvant s'intégrer dans un collectif.  

Le modèle repose sur la réussite de notre équipe de France 1998, avec une politique de défenseurs et de milieux de terrain solides, encaissant très peu de buts. Cette vision du football part du principe que chaque joueur doit être le plus rapide et le plus physique que son adversaire. Il a simplement été oublié qu'il y avait Zidane à l'époque, qui faisait la différence pour remporter la Coupe du Monde et l'Euro 2000. Malheureusement, depuis la fin de carrière de Zidane, le football français n'a plus produit de tel joueur talentueux.

Nos jeunes grandissent donc avec cette idée de performance individuelle et n'hésite pas à changer de club pour une question de performance, avant de privilégier l'esprit de camaraderie et d'équipe. Dès lors qu'un enfant n'est pas performant ou que l'équipe ne gagne pas, c'est de la faute du coach ou des autres joueurs de l'équipe. De nombreux parents n'hésitent pas à changer de clubs pour leurs enfants, car le coach ne convient pas ou pour une question de niveau de championnat, dès l'âge de 10 ans. Très souvent, les parents voient leur fils avec des qualités supérieures au coach et ne comprennent pas que leur enfant ne joue pas ou ne soit pas au poste, dont ils rêvaient pour eux.

Par conséquent, dès le plus jeune âge, les enfants changent de club assez facilement et fréquemment, sans s'attacher aux copains, au coach ou au club.

Une obligation de réussite 

En France, le football est surtout pratiqué par des enfants de parents issus de classe sociale défavorisée. Le football devient très vite une possibilité de faire vivre toute la famille en cas de réussite de leur enfant, ce qui incite les parents à mettre une forte pression sur leur fils. Il suffit de se rendre à un match de jeunes, pour observer l'attitude des parents qui se transforment en coach ou en agent de leur enfant de 11 ou 12 ans. 

Comme je le soulignais plus haut, ces parents n'hésitent pas à changer de club, dès qu'un obstacle se met sur la route de leur enfant. Souvent, le papa au bord du terrain prend la place du coach pour expliquer à son enfant, qui le regarde, ce qu'il faut faire sur le terrain. Dans le cas où l'éducateur mettrait en place un esprit d'équipe, le père brise tout le travail en demandant à son fils de se mettre en valeur. Si par bonheur, l'enfant devient professionnel, ces parents privilégient l'aspect financier au sportif par manque de véritable culture football.

Un manque de considération de nos clubs professionnels 

Les clubs de Ligue 1 bouclent leur budget avec la vente des joueurs et la formation est essentielle dans leur survie. Les jeunes joueurs vendus font vivre nos clubs et ils l'apprennent très tôt, souvent à leur dépend. Les jeunes du centre de formation de nos clubs professionnels sont vite exclus, s'ils ne progressent pas rapidement ou présentent des risques. En revanche, les meilleurs apprennent vite qu'ils sont des valeurs marchandes et qu'ils doivent être vite performants, pour devenir professionnel et ne pas se retrouver sans club. 

Donc l'objectif est de vite avoir son premier contrat professionnel et le plus intéressant possible en termes de montant et de durée. En revanche, dès qu'un jeune réussit avec l'équipe professionnel, il cherche à partir car il a grandi avec la crainte de tout perdre. Ces jeunes ont appris de leur club formateur qu'ils pouvaient se faire virer, dès que leur performance individuelle était en baisse, donc ne font pas de cadeau non plus lorsqu'il s'agît de quitter leur club. 

En revanche, Montpellier avec Louis Nicollin, qui aimait ses joueurs et avait une gestion en bon père de famille, n'a quasiment jamais connu de bras de fer, car il y avait un total respect de ses joueurs.

Hormis quelques joueurs ancrés dans le club de leur ville, comme Loïc Perrin à Saint Etienne, la plupart des joueurs de centre de formation de province sont remplis de jeunes de la région parisienne, qui n'ont aucune attache dans la ville. Ces jeunes joueurs n'hésitent pas à quitter leur club formateur, dès qu'ils le peuvent et ont cultivé un esprit de non attachement à un club ou à une ville.


En s'offrant Neymar, le PSG a quelque part provoqué des remous sur le marché des transferts et ceci dans la dernière ligne droite du Mercato. Par effet de bord, le Barça dispose d'une énorme enveloppe pour recruter dans l'urgence, ce qui engendre des tensions au sein des clubs. Le président du Barça doit faire vite, pour s'éviter une fronde de la part des socios catalans. 

Les clubs de joueurs sollicités savent que le Barça dispose d'une forte enveloppe et que le club catalan doit recruter dans l'urgence et font monter le prix de leurs joueurs. Le transfert de Dembele est plus simple car les 2 clubs sont quasiment tombés d'accord à quelques détails près. C'est pourquoi, le jeune français n'avait aucun intérêt d'aller au bras de fer avec son club, sauf si cela lui a été demandé.

En revanche, le cas de Coutinho était plus compliqué car Liverpool n'était pas vendeur et c'est la raison pour laquelle le joueur brésilien a réellement exprimé à ses dirigeants son souhait de départ. Coutinho est allé au bras de fer, car il a déjà négocié son futur contrat avec le Barça, qui a conduit à cette situation conflictuelle. 

Les 2 joueurs ont montré énormément de détermination, pour quitter leur club et rejoindre le Barça. Le club catalan n'est pas étranger au comportement de Coutinho et Dembele, qui ne pouvaient repousser les avances du club où évolue Messi.

Coutinho et Dembele ont écorné leur image de marque mais sont surtout les victimes d'un système, où il n'y a plus vraiment de gentlemen agreement. Dans le passé, le transfert d'un joueur se faisait entre les présidents et parfois avant même que le joueur soit informé. Les présidents de club étaient des passionnés de football et trouvaient des accords pour satisfaire tous les partis. Les montants de transfert n'étaient pas aussi élevés et les enjeux moins importants. Avec la forte médiatisation, le football a littéralement changé de dimension et suscite l'intérêt de nouveaux acteurs, qui viennent y trouver des leviers de communication.

L'arrivée massive de capitaux issus des droits TV (pour l'angleterre), des US, du moyen orient, de Chine ont complètement modifié le paysage du football. De nouveaux investisseurs, sans vraiment de connaissance ou d'amour pour le football, ont repris des clubs dans un objectif d'outil de communication. Nous ne sommes plus entre passionnés du football qui se connaissent, mais plutôt entre financiers qui ont progressivement modifié les règles d'usage et voire de déontologie. Les joueurs sont devenus des valeurs financières sur lesquelles les clubs misent gros, comme en bourse, ce qui leur donnent du poids. Les investisseurs qui utilisent les clubs comme des plateformes de communication commencent à perdre la main avec l'arrivée des réseaux sociaux. Les joueurs se sont emparés des réseaux sociaux et opèrent leur propre communication, pour devenir presque plus puissant que le club dans sa globalité. Les joueurs prennent le dessus sur les clubs et voire même signe des contrats de sponsoring qui vont échapper aux clubs. L'exemple de Neymar au PSG est le plus flagrant car au final, à qui cela va profiter, au club ou au joueur ? J'ai mon idée sur la question. 

A la différence d'actions en bourse, un joueur est un être humain souvent parti de rien à qui il est offert des ponts d'or et un pouvoir considérable. Si ces joueurs n'ont pas une tête bien faite, ils peuvent rapidement perdrent pied et en oublier le football qui a fait leur réussite. 

Depuis un moment, je me pose la question sur laquelle je n'arrive pas encore à me positionner et avoir des certitudes ! Faut il incriminer les footballeurs ou le système dans lequel ils évoluent avec ses règles bonnes ou mauvaises ? Le football, est il toujours entre les mains de passionnés ou alors il est dirigé par des opportunistes ?

Pour ma part, le comportement des joueurs ne peut être que le reflêt du système dans lequel ils évoluent.

Vos avis m'aideront peut être à avoir un avis définitif ou alors vous allez me mettre encore davantage dans le doute.



Rédigé par ZT // Socio Football


0

COMMENTAIRES
 
REAGISSEZ
A CET ARTICLE
Il est nécessaire de créer un compte et de se connecter pour réagir aux articles. Vous pouvez noter les commentaires de chacun (0=pas du tout apprécié, 3=très apprécié).


 

Pas de commentaire pour le moment





A LIRE AUSSI LES + LUS